Jetons d’audition France et ex-colonie, par Pierre Hubert et Bernard Nesly

25,00

500 jetons représentés et cotés en TTB et SUP, illustrations
Ouvrage broché avec couverture souple

Rupture de stock

Catégorie :

Description

Jusqu’à la seconde guerre mondiale, pour faire connaître leurs créations, les auteurs, compositeurs et interprètes de chansons ne disposaient pas des puissants moyens de diffusion mis en oeuvre de nos jours. C’est sur la scène des théâtres, cabarets ou music-halls qu’ils devaient présenter leurs nouveautés. Leurs prestations étaient relayées par les musiciens des brasseries et des bals populaires ainsi que par les chanteurs des rues qui reprenaient les airs à succès et en vendaient les partitions, paroles et musique, appelées « petits formats ».

Un autre moyen de promotion des chansons nouvelles étaient les appareils automatiques à musique. Installés dans des salles ouvertes au public, ces appareils cohabitaient souvent avec des distributeurs, jeux automatiques et diverses machines à sous.

A cette époque où la TSF et le phonographe n’étaient pas entrés, tant s’en faut, dans tous les foyers, on pouvait voir en ces endroits des personnes de tous âges, alignées devant les appareils à musique, les écouteurs sur les oreilles, ravies d’entendre leur chanteur préféré et l’accompagnant à mi-voix en lisant le « petit format » affiché devant leurs yeux.

Ces salles d’audition étaient localisées dans les quartiers où se concentraient d’autres lieux de distraction: cinémas, music-halls, cabarets, brasseries, cafés-concerts, dancings. . . Ainsi à Paris, sur une cinquantaine d’établissements recensés, plus de la moitié se trouvait sur les Grands Boulevards, entre la place de la République et l’Opéra, et sur les anciens Boulevards Extérieurs, du boulevard de la Villette à la place Clichy. A l’heure actuelle, toutes ces maisons d’audition ont disparu.

Deux membres de notre association, Bernard NESLY et Pierre HUBERT, ont eu l’heureuse idée de rassembler dans un catalogue les jetons qui ont servi à faire fonctionner ces appareils à musique. Leur ouvrage qui regroupe environ 500 pièces reproduites et cotées, avec une description minutieuse des variétés, est d’autant plus précieux qu’aucun inventaire n’avait été entrepris jusqu’à présent.

Les jetons d’audition étant encore d’un prix abordable, nous sommes persuadés qu’avec la publication de ce catalogue, de nombreux collectionneurs s’y intéresseront.

Lucien LARICHE

 

Editeur : ACJM – Association des Collectionneurs de Jetons-Monnaie
Année d’édition : 2004
Format : 16,5×24,0
Poids : 1,3 Kg
Langue : Français
Nombre de pages : 154
Prix public : 25€
Ouvrage broché avec couverture souple.

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Jetons d’audition France et ex-colonie, par Pierre Hubert et Bernard Nesly”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *