Factures illustrées – Paris IIIe (Seine) – Savard, fabricant de bijoux (1913)

Suivre cette page
1 membre suit cette page


Établissement ou raison sociale : Établissements Savard et fils
Activité : Fabrication de bijoux
Adresse : 22 rue Saint-Gilles, Paris 3e arrondissement (quartier Archives)
Date de la facture : 21 août 1913

Savard-fa

Vue de l’en-tête de la facture figurant l’établissement

Savard en-tête

 

Activité industrielle : Fabrication de bijoux en doublé or et argent. La technique de placage à chaud d’une feuille d’or sur laiton fut mise au point par le fondateur de la maison, François Savard. La bijouterie à bon marché devint au 19e siècle une spécialité industrielle du Marais, à Paris
L’entreprise : Elle s’installe en 1850 dans une ancienne demeure aristocratique, appelée aujourd’hui l’hôtel Delisle-Mansart. La maison, que l’on voit ici au centre du dessin, était occupée par les ateliers,  la famille Savard s’étant réservée une partie du premier étage, une suite de huit pièces avec salon et billard. Au-dessus de l’étage mansardé était un niveau sous comble servant de dortoir aux apprentis. Selon un processus classique, l’entreprise grignota les constructions voisines pour y installer des ateliers et des magasins : en 1878 elle  acquiert le 24, l’angle avec la rue Villehardouin, puis, en 1891, le 20 bis et  le 18-20 de la rue Saint-Gilles. Le tout, avec la parcelle du 22, représentait près de 2 800 m2. Le nombre d’ouvriers et d’ouvrières occupés là varie selon les documents et les époques, entre 300 et 450. La police, à l’occasion d’une grève en 1899, cite le chiffre de 600 salariés. A partir de 1906, une partie des bâtiments sur rue est démolie pour faire place à ces grands hangars qui donnent à l’entreprise, à la veille de la première guerre, l’allure d’une grande usine installée en pleine ville.
La représentation : La vue est ici trompeuse non pas dans ses détails, mais dans l’échelle adoptée. L’espace est dilaté : les rues apparaissent larges comme des boulevards alors qu’il s’agit de voies étroites, la distance entre la porte cochère et l’entrée de l’hôtel est manifestement exagérée… L’image est  un miroir grossissant de la réalité, mais la réalité s’y inscrit pourtant.
Aujourd’hui (2016) : Le passant a beaucoup de mal à faire le départ entre ce qui est ancien et ce qui est réemployé dans les façades de la rue Saint-Gilles. En tout cas, les hangars ont été  remplacés par de hautes et denses constructions simili classiques qui laissent froid, et le vieil hôtel des Savard est aujourd’hui soigneusement clos, à peine visible de la rue. Rien ne rappelle le passé industriel du lieu.

Sources : Archives de Paris, D1P4 1016 ; archives de la préfecture de Police, BA 501 et 1389

L’hôtel vers 1910 d’après une carte postale
rue-stgilles

 

fleche Accéder au catalogue des factures illustrées pour Paris et ses banlieues

 

Alain Faure

Auteur de livres et d'articles sur l'histoire sociale de la France aux 19e et 20e siècles. Ses collections (factures anciennes, cartes postales, photographies … ) ont leur source intellectuelle dans ces recherches. Pour accéder à la liste des travaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *